Le serious game, pédagogie de l’expérimentation

Le serious game

Apprendre par le jeu, c’est démontré, ça marche ! Pourquoi ? Le jeu crée de l’engouement, de la motivation et va pousser à s’intéresser, à recommencer, à se dépasser. Avec le jeu, on va chercher l’apprentissage par la motivation. Mais il n’y a pas que ça.

Le serious game est un outil nouveau et révolutionnaire. Le fait de jouer permet de développer de nombreuses compétences.

Conclusions d’une recherche du M.I.T

null

Le serious game, un apprentissage puissant

Les études ont démontré que les joueurs développent des compétences élevées en matière d’attention, améliorent leurs réflexes et leur capacité à gérer l’activité multitâches.

Une réelle expérience pour une meilleure pédagogie

Les utilisateurs vont au-delà de la simple mémorisation des contenus, ils les acquièrent de façon plus approfondie et personnelle. Ceci, parce que le jeu vidéo met le joueur au centre de l’action et valorise grandement le processus d’apprentissage à travers, par exemple, le droit à l’erreur.

Le serious game fait jouer les sens

Le serious game a également un apport conséquent sur l’amélioration de l’intelligence déductive. Les processus permettant, à partir d’une observation, de formuler des hypothèses et de définir des stratégies adéquates sont ainsi renforcés.

Jouer permet de développer des compétences, c’est prouvé.

L’utilisation du serious game

Le premier frein envers le serious game c’est souvent ça : « un serious game c’est sympa, c’est ludique. Mais ce qui m’intéresse le plus, c’est développer les compétences. » Le M.I.T. l’a prouvé, le serious game développe réellement les compétences. La principale difficulté devient finalement : comment l’intégrer dans les dispositifs de formation et en retirer tous les bénéfices ?

L’avantage du serious game, comme tous les outils du digital learning, c’est qu’il est aussi efficace en présentiel qu’à distance. Il faut juste bien définir ses objectifs pédagogiques et ne pas le laisser voguer à l’aventure. Il ne suffit pas de donner un accès à ses collaborateurs pour ensuite penser que le développement des compétences se fera tout seul. Il faut l’intégrer dans un réel dispositif et accompagner son utilisation, comme tout outils du digital learning.

Voici les grandes étapes :

  • Communiquer : avant, pendant, après ! faire du teasing pour susciter l’envie, garder la motivation.
  • Lancer : lors d’un évènement commun (par exemple un séminaire ou une réunion d’équipe) pour créer une émulation
  • Accompagner : continuer à le faire vivre et à motiver, même s’il n’est utilisé qu’à distance